La lecture à l’école et à l’hôpital dans les pages du magazine GRAND

GRAND – le magazine de littérature jeunesse de l’ école des loisirs

Créé en 2017 par  l’école des loisirs, Grand.  est un  magazine littéraire offert à 100 000 médiateurs du livre (libraires, bibliothécaires, enseignants, crèches, …). Tourné vers l’importance de la lecture et du jeu dans le développement de l’enfant, ce 1er numéro fut un succès.

Découvrez notamment le témoignage de Myriam Revial, Bibliothécaire à l’hôpital Raymond-Poincaré – Garches (92)

Mobilisons-nous-page-001

« Au sommaire de ce premier numéro de GRAND des  RENCONTRES avec le pédopsychiatre Patrick Ben Sousan qui met en évidence l’importance de la lecture chez les tout-petits, avec Viviane Bouysse de l’inspection générale à l’éducation nationale qui nous parle du jeu (imaginaire, activité créatrice, production de récits, échange, émotion ressentie…), dans l’atelier de l’illustratrice et auteure Kimiko qui évoque sa passion pour les « pop-up » albums animés, avec l’auteure Marie-Aude Murail qui lève le voile sur l’identification et la projection de ses lecteurs sur ses personnages …  » (la suite de l’article sur https://lesmotsdelafin.wordpress.com)

couv grand

https://www.ecoledesloisirs.fr/

Publicités

Journée d’étude : Lire dans et hors de l’hôpital / le 1er février 2018 à Bordeaux

Source : http://culture-sante-aquitaine.com/journee-detude-lire-de-lhopital/

Cette journée d’étude est organisée par Médiaquitaine en partenariat avec le Pôle Culture et Santé en Nouvelle Aquitaine et en association avec la Médiathèque des Malades des Hôpitaux de Bordeaux.

Seront abordés les changements dans les modes d’hospitalisation (séjours plus courts, développement de l’ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile, etc.) et comment les bibliothèques d’hôpitaux peuvent s’adapter à ces changements et renouveler l’offre de lecture.
Seront ensuite exposées différentes propositions adaptables au milieu hospitalier : les espaces «Facile à lire», les dispositifs de portage des bibliothèques publiques, les supports numériques dans le cadre de l’exception handicap…

Télécharger le pré-programme (sous réserve de modifications)

Informations :
Médiaquitaine – Centre régional de formation aux carrières des bibliothèques / Université de Bordeaux
05 47 30 43 40 / rf.xuaedrob-u@eniatiuqaidem
Inscriptions (gratuites) sur la plateforme SYGEFOR

Pour les non-bibliothécaires, inscriptions auprès du Pôle Culture et Santé en Nouvelle-Aquitaine :
07 87 29 95 54 /moc.eniatiuqa-etnas-erutluc@tcatnoc

La Médiathèque de la Cité – Hôpital Claude Huriez à Lille: esthétique de la sérénité

Après la commande publique faite à l’artiste japonais Katsuhito Nishikawa dans le cadre du programme de rénovation de l’hôpital Claude-Huriez, le centre hospitalier régional et universitaire de Lille inaugurait en janvier 2009 la médiathèque de la cité.

Conçu par l’agence d’architectes 9.81, cet espace est le fruit d’un partenariat exemplaire qui associe le CHRU, la ville de Lille, le département du Nord, la direction régionale des affaires culturelles, l’agence régionale de santé et la Cité des sciences et de l’industrie. Un an et demi après son ouverture, la médiathèque a réussi son ouverture sur la cité. Elle offre aux usagers de l’hôpital, et plus largement aux Lillois et habitants de la région, un accès original à un fonds «santé» décliné en collections d’ouvrages, de revues et de ressources multimédia …

Découvrez la suite de l’article sur cette bibliothèque dans  « Bibliothèque(s) » n°56 de juin 2011, la revue de l’ABF Nord-Pas-de-Calais

Le club de lecture et les acquisitions de documents participatives au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville (54)

Une équipe de 5 bénévoles de l’association Dédale ainsi qu’une bibliothécaire des Bibliothèques de Nancy animent tous les jeudis matin un club de lecture mixte au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville.

Dans le cadre de ces rencontres hebdomadaires, des séances spéciales d’acquisitions participatives sont régulièrement organisées afin d’investir les personnes détenues dans le choix des documents pour les 4 bibliothèques du centre pénitentiaire.

Fonctionnement :

Marie Nardin, libraire à La taverne à livre, prépare une sélection d’une quarantaine de documents sur un genre déterminé en concertation avec la bibliothécaire afin d’éviter les doublons.

La libraire présente la thématique et les documents choisis. Les détenu(e)s bibliothécaires aidés de l’ensemble des participants du club de lecture choisissent selon un budget pré défini par bibliothèque une trentaine de documents qui resteront sur place et seront partagés entre les bibliothèques des quartiers femmes, prévenus, condamnés et centre de détention.

Il est évidemment impératif d’assurer la présence ce jour-là des détenu(e)s classés « auxi » bibliothécaires en poste.

Les objectifs sont multiples :

 Il s’agit de rendre les détenu(e)s bibliothécaires et les habitué(e)s du club acteurs du fonctionnement des bibliothèques du centre pénitentiaire.

Il est également question de faire découvrir ou d’approfondir des genres littéraires et de suivre l’actualité du livre.

Ces séances d’acquisitions permettent aussi de comprendre les contraintes budgétaires. Chaque détenu(e) bibliothécaire prend des notes tout au long de la présentation, calcule son budget d’acquisition, déduit la remise de 9%…

Enfin, cela permet de faire des choix concertés.

En novembre la première séance a eu pour thème la rentrée et les prix littéraires.

En janvier une seconde séance a permis de présenter et de choisir des romans policiers.

D’autres libraires de la ville seront sollicités pour des séances spéciales poésie et bandes dessinées.

Découvrez un article consacré à ce club de lecture :

dedale remix

Carte blanche aux médiathèques APHP Paris

Carte blanche est un évènement culturel organisé chaque année par le réseau des médiathèques de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Cette manifestation est l’occasion de proposer aux patients, familles et personnels des moments privilégiés d’échanges et de culture. Cette manifestation est un des évènements proposés par les 20 médiathèques, espaces culturels qui prêtent quotidiennement livres, revues, musiques, films aux patients et aux personnels de l’AP-HP.

En 2017, les bibliothécaires de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et les équipes du musée du quai Branly – Jacques Chirac se sont associés pour célébrer les cultures du monde. Les professionnels du musée ont proposé aux patients, familles et personnels un parcours dans leurs collections d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques à travers des rencontres, conférences, contes, lectures, ateliers et présentations de leurs métiers. C’est ainsi que la conférencière Karine Porier s’est par exemple rendue à l’hôpital Beaujon et à l’hôpital Cochin.

Renseignements : AP-HP / Centre inter-Médiathèques 01 40 27 51 01

Inciter à lire en prison : surveiller sans censurer (France culture, le 13/12/2017)

Extrait issu d’un dossier que vous pourrez retrouver sur du site de France Culture :

En France un détenu peut désormais espérer une remise de peine s’il participe à des ateliers lecture en prison. Si au Texas Mein Kampf ou la prose du Klu Klux Klan circulent derrière les barreaux, le directeur d’une prison française peut refuser qu’un détenu se fasse envoyer un bréviaire terroriste.

Au Texas, 10 000 livres sont interdits en prison, parmi lesquels les albums Où est Charlie ?, ou encore Freakonomics, un manuel de vulgarisation économique. Pour Shakespeare, tout est question d’édition : à cause de certaines gravures reproduites sur des exemplaires un peu anciens, les sonnets peuvent être retoqués. “A l’inverse, rapporte le site ActuaLitté, Mein Kampf d’Adolf Hitler ou des livres signés par un ex-leader du Ku Klux Klan sont autorisés ».

En France, il n’existe aucune liste noire d’ouvrages interdits en milieu pénitentiaire au niveau national. Ni l’administration centrale, ni les parlementaires, n’ont le pouvoir de statuer sur des livres qui n’auraient le droit de citer dans aucune prison française. En revanche, tous les livres ne franchissent pas le portail d’une prison, et encore moins la porte d’une cellule….

La suite à découvrir sur franceculture.fr

 

Lancement des livres Lectures de prison et Le Massicot le 24 novembre 2017

Pour plus d’informations :

http://le-lampadaire.org/

flyer_lancement_Le_Lampadaire

Lectures de prison

Présentation

L’ouvrage, intitulé Lectures de prison, est l’aboutissement d’un travail de recherche de trois années qui nous a permis de recueillir un grand nombre de documents consacrés à la lecture en milieu carcéral du XVIIIe siècle à nos jours.

Ces documents sont issus, pour le XVIIIe siècle, du fonds de la Bastille (consulté à la bibliothèque de l’Arsenal) : catalogues de la bibliothèque du château de la Bastille, lettres de prisonniers de la Bastille et listes de livres qu’ils lisent ; pour le XIXe siècle et début du XXe siècle, nous avons eu accès aux registres des livres empruntés à la prison de Fontenay-le Comte (1873-1926), au catalogue de la bibliothèque de la prison Saint Paul (Lyon) noté sur un cahier par un détenu en 1901 (fonds Lacassagne) ; pour le XX-XXIe, nous avons eu accès aux données de divers centres de détention (Arles, Nanterre…), ainsi qu’aux rapports d’un détenu bibliothécaire.

Ces listes et inventaires sont accompagnés des arrêtés, lois, circulaires réglementant la lecture de prison que nous avons trouvés en effectuant une recherche méthodique dans le Code des prisons et le Code pénitentiaire. À cela s’ajoutent des documents plus récents qui font référence aujourd’hui.

Cet ensemble de documents est accompagné d’une vaste iconographie issue du fonds de
l’ENAP (école nationale de l’administration pénitentiaire), de certaines archives départementales, de collections de cartes postales, de journaux mais aussi de photographies d’aujourd’hui.

Le principe de l’ouvrage est de donner accès aux documents bruts, c’est-à-dire sans discours explicatifs qui viendraient se surajouter aux textes originaux. Mais évidemment ceux-ci ne sont pas donnés dans le désordre, ils sont classés en cinq grands chapitres thématiques ; de plus, chaque chapitre s’ouvre sur un texte de présentation de deux ou trois pages pris en charge par des philosophes, historiens, sociologues, bibliothécaires intervenant en milieu carcéral, ce qui garantit la qualité scientifique de l’ouvrage.
Les cinq chapitres sont les suivants :

1. Historique de la bibliothèque de prison et représentations associées (présentation Philippe Artières, historien, CNRS, EHESS);

2. Constitution et organisation des fonds (présentation : Guillaume de la Taille, conservateur qui s’est occupé, un moment, de la mise en place de la bibliothèque de Fresnes);

3. Circulation du livre et fonctionnement des bibliothèques (présentation : Marianne Terrusse bibliothécaire, anciennement chargée de la mission Prison et de la Coopération Métropole à la Bibliothèque Départementale de Prêt de la Gironde);

4. Ce que lisent les personnes détenues (présentation : Jean-Louis Fabiani, sociologue
EHESS);

5. Le lieu bibliothèque (présentation : Claude Poissenot, sociologue qui étudie les publics des bibliothèques).

L’écrivain Philippe Claudel a accepté de prendre en charge la préface générale.
La postface est écrite par Jean-Lucien Sanchez (Chargé d’études historiques à la Direction de l’Administration Pénitentiaire).

Deux graphistes diplômés de l’ECAL ont assuré le design de ce livre de 464 pages.
Il s’agit donc d’un travail ambitieux tant sur le plan scientifique (historique et sociologique), qu’esthétique et littéraire (le vertige des listes, l’écriture administrative si particulière de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle).

Il s’agit aussi d’un travail nouveau, ce type d’approche, en ce qui concerne les lectures de prison, n’existant pas encore : il constitue une somme qui peut servir de base à toute réflexion sur les bibliothèques de prison.

Le monte en l’air :

Librairie Galerie Le Monte-en-l’air

71, rue de Ménilmontant / 2, rue de la Mare

75020 Paris

Tél. : 01 40 33 04 54

Contact : lemontenlair@free.fr

Métro Ménilmontant

Bus 96