Inciter à lire en prison : surveiller sans censurer (France culture, le 13/12/2017)

Extrait issu d’un dossier que vous pourrez retrouver sur du site de France Culture :

En France un détenu peut désormais espérer une remise de peine s’il participe à des ateliers lecture en prison. Si au Texas Mein Kampf ou la prose du Klu Klux Klan circulent derrière les barreaux, le directeur d’une prison française peut refuser qu’un détenu se fasse envoyer un bréviaire terroriste.

Au Texas, 10 000 livres sont interdits en prison, parmi lesquels les albums Où est Charlie ?, ou encore Freakonomics, un manuel de vulgarisation économique. Pour Shakespeare, tout est question d’édition : à cause de certaines gravures reproduites sur des exemplaires un peu anciens, les sonnets peuvent être retoqués. “A l’inverse, rapporte le site ActuaLitté, Mein Kampf d’Adolf Hitler ou des livres signés par un ex-leader du Ku Klux Klan sont autorisés ».

En France, il n’existe aucune liste noire d’ouvrages interdits en milieu pénitentiaire au niveau national. Ni l’administration centrale, ni les parlementaires, n’ont le pouvoir de statuer sur des livres qui n’auraient le droit de citer dans aucune prison française. En revanche, tous les livres ne franchissent pas le portail d’une prison, et encore moins la porte d’une cellule….

La suite à découvrir sur franceculture.fr

 

Publicités

Lancement des livres Lectures de prison et Le Massicot le 24 novembre 2017

Pour plus d’informations :

http://le-lampadaire.org/

flyer_lancement_Le_Lampadaire

Lectures de prison

Présentation

L’ouvrage, intitulé Lectures de prison, est l’aboutissement d’un travail de recherche de trois années qui nous a permis de recueillir un grand nombre de documents consacrés à la lecture en milieu carcéral du XVIIIe siècle à nos jours.

Ces documents sont issus, pour le XVIIIe siècle, du fonds de la Bastille (consulté à la bibliothèque de l’Arsenal) : catalogues de la bibliothèque du château de la Bastille, lettres de prisonniers de la Bastille et listes de livres qu’ils lisent ; pour le XIXe siècle et début du XXe siècle, nous avons eu accès aux registres des livres empruntés à la prison de Fontenay-le Comte (1873-1926), au catalogue de la bibliothèque de la prison Saint Paul (Lyon) noté sur un cahier par un détenu en 1901 (fonds Lacassagne) ; pour le XX-XXIe, nous avons eu accès aux données de divers centres de détention (Arles, Nanterre…), ainsi qu’aux rapports d’un détenu bibliothécaire.

Ces listes et inventaires sont accompagnés des arrêtés, lois, circulaires réglementant la lecture de prison que nous avons trouvés en effectuant une recherche méthodique dans le Code des prisons et le Code pénitentiaire. À cela s’ajoutent des documents plus récents qui font référence aujourd’hui.

Cet ensemble de documents est accompagné d’une vaste iconographie issue du fonds de
l’ENAP (école nationale de l’administration pénitentiaire), de certaines archives départementales, de collections de cartes postales, de journaux mais aussi de photographies d’aujourd’hui.

Le principe de l’ouvrage est de donner accès aux documents bruts, c’est-à-dire sans discours explicatifs qui viendraient se surajouter aux textes originaux. Mais évidemment ceux-ci ne sont pas donnés dans le désordre, ils sont classés en cinq grands chapitres thématiques ; de plus, chaque chapitre s’ouvre sur un texte de présentation de deux ou trois pages pris en charge par des philosophes, historiens, sociologues, bibliothécaires intervenant en milieu carcéral, ce qui garantit la qualité scientifique de l’ouvrage.
Les cinq chapitres sont les suivants :

1. Historique de la bibliothèque de prison et représentations associées (présentation Philippe Artières, historien, CNRS, EHESS);

2. Constitution et organisation des fonds (présentation : Guillaume de la Taille, conservateur qui s’est occupé, un moment, de la mise en place de la bibliothèque de Fresnes);

3. Circulation du livre et fonctionnement des bibliothèques (présentation : Marianne Terrusse bibliothécaire, anciennement chargée de la mission Prison et de la Coopération Métropole à la Bibliothèque Départementale de Prêt de la Gironde);

4. Ce que lisent les personnes détenues (présentation : Jean-Louis Fabiani, sociologue
EHESS);

5. Le lieu bibliothèque (présentation : Claude Poissenot, sociologue qui étudie les publics des bibliothèques).

L’écrivain Philippe Claudel a accepté de prendre en charge la préface générale.
La postface est écrite par Jean-Lucien Sanchez (Chargé d’études historiques à la Direction de l’Administration Pénitentiaire).

Deux graphistes diplômés de l’ECAL ont assuré le design de ce livre de 464 pages.
Il s’agit donc d’un travail ambitieux tant sur le plan scientifique (historique et sociologique), qu’esthétique et littéraire (le vertige des listes, l’écriture administrative si particulière de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle).

Il s’agit aussi d’un travail nouveau, ce type d’approche, en ce qui concerne les lectures de prison, n’existant pas encore : il constitue une somme qui peut servir de base à toute réflexion sur les bibliothèques de prison.

Le monte en l’air :

Librairie Galerie Le Monte-en-l’air

71, rue de Ménilmontant / 2, rue de la Mare

75020 Paris

Tél. : 01 40 33 04 54

Contact : lemontenlair@free.fr

Métro Ménilmontant

Bus 96

Les bibliothèques en établissements pénitentiaires en Finlande et en France, Les Boréales à Caen.

Retrouvez la vidéo intégrale de la rencontre qui a eu lieu dans le cadre de la journée d’étude Sisällä/Ulkona (dedans/dehors) Culture et justice en Finlande et en France.

CMJN de base

Cela s’est déroulé le 18 novembre au Conseil Régional de Normandie à Caen dans le cadre du 25e festival Les Boréales

 

 

 

Au programme d’une des tables rondes  :

La présence du livre et de la lecture en prison en Finlande et en France

  • Présentation de l’action de la Criminal Sanction Agency (RISE) dans l’emploi de bibliothécaires professionnels et l’accès à Internet en prison :

Avec Kati Sunimento, membre de la Criminal Sanction Agency de Finlande (RISE).

  • Les bibliothèques publiques, le rôle du ministère de l’Éducation et de la Culture et le rôle des collectivités :

Avec Leena Aaltonen, conseillère pour les affaires culturelles au ministère de l’éducation et de la culture de Finlande.
Pirkko Lindberg, directrice du service de lecture publique à la Ville de Tampere, en Finlande.

  • Présentation d’actions et de structures publiques et associatives en Finlande et en France :

Avec Sanna Hernelahti, directrice du service des publics à la bibliothèque de Turku et
Olwen Lesourd, ancien directeur de l’association Lire c’est vivre située à Fleury-Mérogis.

Les boréales 2017, c’est à découvrir ICI

Colloque art, culture et prison, les 29 et 30 novembre 2017 à Paris

Un colloque « Culture, art et prison » se tiendra les 29 et 30 novembre 2017 au Musée national d’histoire de l’immigration, à Paris.

Il est organisé avec le soutien de Audencia Business School, le ministère de la Culture, le ministère de la Justice et le Palais de la porte Dorée (Musée de l’Histoire de l’immigration)

Les interventions seront assurées par des chercheurs, artistes et professionnels de la culture et de la justice afin d’explorer le sujet des projets artistiques et culturels en détention.
palais-de-la-porte-doree
Au programme :Ajustement des mondes (mercredi 29 novembre)

  • Les musées, les oeuvres et les prisons ;
  • Des traces et des hommes : imaginaires du Château de Selles au musée des beaux-arts de Cambrai. Une exposition expérience de décentrement scientifique ;
  • Des détenus « artistes » : expériences d’exposition en maison centrale au croisement de deux institutions distantes ;

Expériences carcérales, expériences culturelles(mercredi 29 novembre)

  • La prison dans la bande-dessinée ;
  • La presse pénale en France et aux États-Unis : des histoires contrastées ;
  • « C’est comme être un écrivain empêché ». Modalités de conduite d’un projet littéraire collectif en univers carcéral ;
  • Écrits de prison : un imaginaire de l’enfermement ;
  • La pratique musicale collective : une socialisation sans mot ; 
  • Du centre pénitentiaire au Festival d’Avignon : un atelier théâtral pour remettre les détenus dans un temps social ;
  • Médiation culturelle et lutte contre les préjugés en milieu pénitentiaire. Retour sur la diffusion de l’exposition itinérante Frontières dans 6 centres pénitentiaires franciliens ;

Politiques et représentations sociales(jeudi 30 novembre)

  • La politique d’accès à la lecture en établissements pénitentiaires, 1981-1996 ;
  • L’expérience artistique dedans-dehors : De l’espace-projet à l’expérimentation de transformations sociales ;
  • Diversité des normes et autonomie des agents : des projets pour qui ? Des projets pour quoi faire ? ;
  • (Re)travailler l’image de l’autre et l’image de soi : quête d’une identité -L’exemple du projet patrimoine et photographie 1001 portes et fenêtres avec l’abbaye de Fontevraud ;
  • « Soigner » les parloirs. L’art au coeur de l’intimité carcérale ;
  • L’art d’être en résidence et ses enjeux au sein de l’institution pénitentiaire même, à l’endroit de la formation du métier et des images, l’Énap.

Le programme détaillé est téléchargeable.

Ce colloque est ouvert sur réservation obligatoire en ligne.

Exposition : de la bande-dessinée au centre pénitentiaire de Toulouse-Seysses

L’exposition BD-tension, de la bande dessinée au centre pénitentiaire de Toulouse-Seysses , présentée à la Médiathèque des Pradettes sera visible du 2 au 29 novembre.

Elle répond, entre autres, au rôle de levier de réinsertion et de lutte contre la récidive que peut jouer la culture en posant la question du sens de la vie, de ses actes, de la société qu’on construit ensemble.

image001

Cette exposition propose une sélection de planches de la gazette BD-Tension. Depuis 2016, deux auteurs du Collectif Indélébile accompagnent des personnes détenues du centre pénitentiaire de Toulouse-Seysses pour les initier à la BD et partager la richesse et la liberté qu’offre la création artistique.

Ces ateliers, mis en place par le SPIP 31 et soutenus par la Direction Régionale des Affaires Culturelles Occitanie, la Fédération Léo Lagrange et la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Toulouse dans le cadre du protocole culture/justice, ont produit cette gazette : 8 numéros regroupés prochainement dans un recueil.

Cette exposition s’inscrit dans une démarche menée par la Bibliothèque de Toulouse sur le long terme. En effet, des bibliothécaires de Toulouse interviennent depuis de nombreuses années au centre pénitentiaire de Toulouse-Seysses. L’établissement compte 3 bibliothèques qui fonctionnent grâce à des détenus bibliothécaires.

L’équipe de la Bibliothèque nomade se rend régulièrement aussi bien dans le quartier des femmes que dans celui des hommes pour accompagner les détenus bibliothécaires, effectuer des dons, répondre à des demandes particulières. Des animations autour du livre y sont ponctuellement proposées.

logo_biblio toulouse

 

Contacts presse – Bibliothèque de Toulouse :

service communication

Marie Mortier | 05 62 27 41 80

marie.mortier@mairie-toulouse.fr

La bibliothèque du CHU d’Angers : des livres partout !

Article paru sur le site de Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire 

logo-chu-angersTrois personnes à temps plein composent l’équipe de la bibliothèque du CHU. Nichée au cœur de l’établissement hospitalier, la bibliothèque s’adresse autant au personnel de l’hôpital qu’aux patients et propose un espace de 125 mètres carrés pour un fond de 6 000 livres.

Valeria Bouloton a été recrutée par le CHU d’Angers il y a 3 ans et demi et, d’emblée, cette bibliothécaire a trouvé sa mission enthousiasmante. « L’idée est de faire vivre la bibliothèque à l’intérieur mais aussi hors de ses murs, dans les services, au plus près des patients. L’un et l’autre sont complémentaires. » Le contexte hospitalier, Valeria y a travaillé  plus jeune, le milieu ne lui est pas inconnu. « Mais pour moi, les patients sont des lecteurs avant tout, je n’ai pas à savoir le reste, ce n’est pas mon métier. »

Deux autres personnes à temps plein complètent l’équipe de la bibliothèque du CHU. Nichée au cœur de l’établissement hospitalier, la bibliothèque s’adresse autant au personnel de l’hôpital qu’aux patients et propose un espace de 125 mètres carrés pour un fond de 6 000 livres (adulte, jeunesse et documentaire) dont une partie est renouvelée par la bibliothèque municipale d’Angers.

bibliotheque-chu-angers

Un rendez-vous mensuel, « Des gourmandises sur l’étagère » qui se tient à l’heure du déjeuner, invite les lecteurs à partager des coups de cœur en fonction de thématiques retenues. Les temps d’hospitalisation étant de plus en plus courts …

Retrouvez l’intégralité de l’article ICI

Mais aussi :

Accédez au site de la Bibliothèque du Chu d’Angers ici

La fiche de présentation dela bibliothèque du Chu d’Angers.

Source : https://www.mobilis-paysdelaloire.fr/magazine/bibliotheque-du-chu-angers-livres-partout

 

 

Nuit de la Lecture dans les bibliothèques de détention – Appel à projets du Ministère

Le samedi 20 janvier 2018, toutes les bibliothèques et librairies de France sont invitées à ouvrir leurs portes et organiser des événements à l’occasion de la deuxième Nuit de la lecture.

Nuit-lecture-2018-987x1024

Les bibliothèques et les librairies, véritables lieux de vie ouverts à tous, constituent le tout premier réseau d’équipements culturels de proximité.
Par leur action, elles favorisent l’égal accès de tous à l’offre culturelle en portant une attention particulière à celles et ceux qui en sont les plus éloignés.

Les bibliothèques de détention sont plus que les bienvenues et nous y voyons aussi la possibilité de valoriser l’ensemble des actions artistiques et culturelles mises en place tout au long de l’année dans les établissements pénitentiaires.

Aussi, êtes-vous invités à venir enrichir de vos compétences et de vos expériences, cet événement qui mérite d’être largement partagé.
A cet effet, le ministère de la culture souhaite vous donner accès à l’appel à projets lancé sur le site de la Nuit de la lecture :

https://nuitdelalecture.culturecommunication.gouv.fr/

Ce site, permet de valoriser des actions existantes ou à venir, de solliciter l’obtention de chèque livre dans le cadre d’action bien identifiées ou bien encore d’y formuler d’éventuelles besoins de financement afin d’accompagner, dans ce cadre, le déploiement d’initiatives.
Ces demandes de soutien financier devront concerner des actions spécifiquement développées en lien avec une librairie ou une bibliothèque.
Elles devront être transmises par saisie sur le site La nuit de la lecture avant le 8 décembre 2017.

Deux comités de pilotage examineront les demandes la troisième semaine de novembre et la première semaine de décembre.