La commission hôpitaux/prisons sera présente lors du 64 e congrès de l’ABF du 7 au 9 juin à La Rochelle

Le 64e congrès de l’ABF se déroulera à La Rochelle à l’espace Encan, du 7 au 9 juin 2018, sur le thème :

À quoi servent les bibliothèques ?  

La commission Hôpitaux-Prisons y sera dignement représentée !

Venez échanger avec nous sur le congrès le Vendredi 8 juin à 16 h : 

–  La formation ABF en milieu pénitentiaire  : retours d’expérience, témoignages et diffusion d’extrait du documentaire réalisé à l’occasion de l’anniversaire de Lire c’est Vivre (Fleury Merogis), avec Cécile Trevian responsable de la commission Formation ;

– Partenariat BM / Hôpitaux : rencontre et échanges avec Mme Véronique Bibard-Marteau, directrice des Médiathèques de la Rochelle qui gère la médiathèque du groupe hospitalier La Rochelle – Ré- Aunis, annexe  de la bibliothèque municipale ;

– Retours sur le rapport Orsenna et la question des publics empêchés : le point de vue de la commission, retours et échanges sur les propositions, que peut-on proposer de notre côté ? Toutes les expériences, les questions et les suggestions sont les bienvenues ;

– Journée d’étude 2018 (prévue en octobre) : nous sommes à la recherche de collègues souhaitant faire part de leur expérience et/ou d’actions mises en place en direction des publics empêchés,  venez nous rencontrer pour en discuter !

Vous pourrez visiter la médiathèque du groupe hospitalier de la Rochelle le vendredi 8 juin.

Pour ceux qui le souhaitent  départ du congrès (stand ABF) à 10 h 45 avec Claudie Guérin.

affiche_congres2018

Et bien sur vous pouvez nous contacter : abfhopitauxprisons@gmail.com

Publicités

Lire à l’ombre : histoire d’un club de lecture en détention

Le dernier projet du club de lecture du Centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville en date est parti d’une idée folle : candidater au jury du Livre Inter !

club1-1038x576

Le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville a ouvert ses portes en 2009. Il compte plus de 800 personnes détenues dont une trentaine de femmes. Depuis 2007, d’abord à la maison d’arrêt Charles III puis au centre pénitentiaire de Maxéville, les Bibliothèques de Nancy apportent leur soutien aux personnes détenues en mal de lecture. Une convention de partenariat les unit avec le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation), l’Administration Pénitentiaire et l’Association Dédale.

Mettre en place les quatre 4 bibliothèques du centre a été la priorité, mais très vite, il a fallu répondre à une soif de discussion autour des livres et créer une dynamique plus vaste en mettant en place un club de lecture, lieu de rencontres et rendez-vous d’hommes et de femmes qui se retrouvent régulièrement pour parler des livres qu’ils ont lus.

retrouvez l’intégralité de l’article sur le blog Epitome 

Lire au delà des murs : journée professionnelle sur le livre et la lecture en prison et en hôpitaux à Caen le 24 mai 2018

Organisée par Normandie Livre & Lecture avec l’Association des Bibliothécaires de France (ABF) groupe Normandie, Epoque (le salon du livre à Caen) et le réseau des bibliothèques de Caen la mer, cette journée d’étude, de réflexion et d’échanges sur les différentes expériences déjà menées, a pour ambition d’éclairer le travail entrepris autour du livre et de la lecture, dans des lieux tels que les hôpitaux ou les prisons, et de mieux en comprendre les enjeux et objectifs. Elle aura lieu le jeudi 24 mai 2018 à Caen à la bibliothèque Alexis de Tocqueville et à l’Esam Caen/Cherbourg.

Cet événement s’inscrit dans le cadre de Caen fait le Mur 

9h30 – Accueil café

10h – Passeurs de livres : les actions et le public, Auditorium de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville

Introduction par Christine Loquet, chargée de mission chargée de mission publics éloignés du livre, Livre et lecture en Bretagne, membre des commissions lecture en prisons et en hôpitaux de l’Association des Bibliothécaires de France  et de la Fédération Interrégionale du livre et de la lecture

Témoignages :

  • Feuilles libres, série documentaire de Pierre-François Lebrun sur Citad’elles, le magazine féminin réalisé par et pour les détenues au Centre Pénitentiaire pour Femmes de Rennes. http://etablissementsbollec.com/?tag=citadelles;
  • Charlotte Milandri,  organisatrice des « 68 premières fois », une aventure littéraire récompensant un premier roman. Une partie de ce prix est organisée en établissements pénitentiaires (Nancy, Metz et Le Mans). https://68premieresfois.wordpress.com;
  • Extraits du projet de film documentaire Le Cénacle des bébésconsacré à la lecture à bébé, réalisation Chantal Briet, production La Huit;
  • Héléne Fouquet, lectrice et présidente de l’association Matulu  (Caen) qui intervient notamment au service de maternité et au service des prématurés du CHU de Caen, en lien avec des bibliothécaires de la bibliothèque de Hérouville-Saint-Clair;
  • Extraits Entre les barreaux les mots, un film documentaire réalisé en 2017 par Pauline Pelsy-Johann, à l’occasion des 30 ans de l’association Lire c’est vivrehttp://www.lirecestvivre.org;
  • Damien Michel, bibliothécaire à Caen, a mené des actions en direction des personnes incarcérées autour des fonds patrimoniaux. http://bibliotheques.caenlamer.fr/.

original

12h30  – Pause déjeuner : restauration libre au restaurant la Table des matières ou sur inscription*

14h00 – Modules de réflexions :

Module 1 : Monter un événement autour du livre et de la lecture en prison (Auditorium de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville)

Animation : Philippe Ripoll (auteur : http://philipperipoll.com/)

  • Mathilde Besnard (Chargée projets Lecture/justice, Normandie Livre & Lecture)
  • Christelle Pasquier (bibliothèque de Caen)
  • Karine Debout-Métairie (association L’encrage)

Module 2 :  Monter un événement autour du livre et de la lecture à l’hôpital (Modularium de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville)

Animation : Isabelle Aubé (chargée de mission Culture/santé pour la Normandie)

  • Ludovic Gomes (responsable action culturelle au CHU de Caen)
  • Carole Chaix (illustratrice invitée au salon Epoque)
  • Thierry Poré (bibliothécaire à Rouen)
  • Michele Simon (Lire et faire lire Calvados)
  • Hélène Fouquet (association Matulu)

Module 3 : Quelle bibliothèque pour les publics en milieu fermé : prison et hôpital ? (à l’Esam Caen/Cherbourg)

Animation : Remi David (auteur https://www.remi-david.com/)

Module 4 : Créer des actions en commun sur un territoire (à l’Esam Caen/Cherbourg)

Animation : Agnès Babois (Chargée de projets Bibliothèque, Normandie Livre & Lecture)

  • Ludovic Charrier (Réseau Territoire Lecture de Caen)
  • Christine Loquet (chargée de mission chargée de mission publics éloignés du livre chez Livre et lecture en Bretagne)
  • Monique Cabasson (Salon du livre d’Alençon)

15h45 – Synthèse et perspectives (à l’Auditorium de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville)

16h30 ou 17h – Visite possible de la bibliothèque Alexis de Tocqueville de Caen la Mer, du tribunal de Grande Instance de Caen ou de l’exposition Murs au musée des Beaux-Arts de Caen-la-Mer.

Visites sur inscription dans la limite des places disponibles

* Proposé à l’Esam Caen/Cherbourg : Plat + dessert  à 11€50 préparés par Pas de fraise à Noël

Le club de lecture et les acquisitions de documents participatives au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville (54)

Une équipe de 5 bénévoles de l’association Dédale ainsi qu’une bibliothécaire des Bibliothèques de Nancy animent tous les jeudis matin un club de lecture mixte au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville.

Dans le cadre de ces rencontres hebdomadaires, des séances spéciales d’acquisitions participatives sont régulièrement organisées afin d’investir les personnes détenues dans le choix des documents pour les 4 bibliothèques du centre pénitentiaire.

Fonctionnement :

Marie Nardin, libraire à La taverne à livre, prépare une sélection d’une quarantaine de documents sur un genre déterminé en concertation avec la bibliothécaire afin d’éviter les doublons.

La libraire présente la thématique et les documents choisis. Les détenu(e)s bibliothécaires aidés de l’ensemble des participants du club de lecture choisissent selon un budget pré défini par bibliothèque une trentaine de documents qui resteront sur place et seront partagés entre les bibliothèques des quartiers femmes, prévenus, condamnés et centre de détention.

Il est évidemment impératif d’assurer la présence ce jour-là des détenu(e)s classés « auxi » bibliothécaires en poste.

Les objectifs sont multiples :

 Il s’agit de rendre les détenu(e)s bibliothécaires et les habitué(e)s du club acteurs du fonctionnement des bibliothèques du centre pénitentiaire.

Il est également question de faire découvrir ou d’approfondir des genres littéraires et de suivre l’actualité du livre.

Ces séances d’acquisitions permettent aussi de comprendre les contraintes budgétaires. Chaque détenu(e) bibliothécaire prend des notes tout au long de la présentation, calcule son budget d’acquisition, déduit la remise de 9%…

Enfin, cela permet de faire des choix concertés.

En novembre la première séance a eu pour thème la rentrée et les prix littéraires.

En janvier une seconde séance a permis de présenter et de choisir des romans policiers.

D’autres libraires de la ville seront sollicités pour des séances spéciales poésie et bandes dessinées.

Découvrez un article consacré à ce club de lecture :

dedale remix

Inciter à lire en prison : surveiller sans censurer (France culture, le 13/12/2017)

Extrait issu d’un dossier que vous pourrez retrouver sur du site de France Culture :

En France un détenu peut désormais espérer une remise de peine s’il participe à des ateliers lecture en prison. Si au Texas Mein Kampf ou la prose du Klu Klux Klan circulent derrière les barreaux, le directeur d’une prison française peut refuser qu’un détenu se fasse envoyer un bréviaire terroriste.

Au Texas, 10 000 livres sont interdits en prison, parmi lesquels les albums Où est Charlie ?, ou encore Freakonomics, un manuel de vulgarisation économique. Pour Shakespeare, tout est question d’édition : à cause de certaines gravures reproduites sur des exemplaires un peu anciens, les sonnets peuvent être retoqués. “A l’inverse, rapporte le site ActuaLitté, Mein Kampf d’Adolf Hitler ou des livres signés par un ex-leader du Ku Klux Klan sont autorisés ».

En France, il n’existe aucune liste noire d’ouvrages interdits en milieu pénitentiaire au niveau national. Ni l’administration centrale, ni les parlementaires, n’ont le pouvoir de statuer sur des livres qui n’auraient le droit de citer dans aucune prison française. En revanche, tous les livres ne franchissent pas le portail d’une prison, et encore moins la porte d’une cellule….

La suite à découvrir sur franceculture.fr

 

Lancement des livres Lectures de prison et Le Massicot le 24 novembre 2017

Pour plus d’informations :

http://le-lampadaire.org/

flyer_lancement_Le_Lampadaire

Lectures de prison

Présentation

L’ouvrage, intitulé Lectures de prison, est l’aboutissement d’un travail de recherche de trois années qui nous a permis de recueillir un grand nombre de documents consacrés à la lecture en milieu carcéral du XVIIIe siècle à nos jours.

Ces documents sont issus, pour le XVIIIe siècle, du fonds de la Bastille (consulté à la bibliothèque de l’Arsenal) : catalogues de la bibliothèque du château de la Bastille, lettres de prisonniers de la Bastille et listes de livres qu’ils lisent ; pour le XIXe siècle et début du XXe siècle, nous avons eu accès aux registres des livres empruntés à la prison de Fontenay-le Comte (1873-1926), au catalogue de la bibliothèque de la prison Saint Paul (Lyon) noté sur un cahier par un détenu en 1901 (fonds Lacassagne) ; pour le XX-XXIe, nous avons eu accès aux données de divers centres de détention (Arles, Nanterre…), ainsi qu’aux rapports d’un détenu bibliothécaire.

Ces listes et inventaires sont accompagnés des arrêtés, lois, circulaires réglementant la lecture de prison que nous avons trouvés en effectuant une recherche méthodique dans le Code des prisons et le Code pénitentiaire. À cela s’ajoutent des documents plus récents qui font référence aujourd’hui.

Cet ensemble de documents est accompagné d’une vaste iconographie issue du fonds de
l’ENAP (école nationale de l’administration pénitentiaire), de certaines archives départementales, de collections de cartes postales, de journaux mais aussi de photographies d’aujourd’hui.

Le principe de l’ouvrage est de donner accès aux documents bruts, c’est-à-dire sans discours explicatifs qui viendraient se surajouter aux textes originaux. Mais évidemment ceux-ci ne sont pas donnés dans le désordre, ils sont classés en cinq grands chapitres thématiques ; de plus, chaque chapitre s’ouvre sur un texte de présentation de deux ou trois pages pris en charge par des philosophes, historiens, sociologues, bibliothécaires intervenant en milieu carcéral, ce qui garantit la qualité scientifique de l’ouvrage.
Les cinq chapitres sont les suivants :

1. Historique de la bibliothèque de prison et représentations associées (présentation Philippe Artières, historien, CNRS, EHESS);

2. Constitution et organisation des fonds (présentation : Guillaume de la Taille, conservateur qui s’est occupé, un moment, de la mise en place de la bibliothèque de Fresnes);

3. Circulation du livre et fonctionnement des bibliothèques (présentation : Marianne Terrusse bibliothécaire, anciennement chargée de la mission Prison et de la Coopération Métropole à la Bibliothèque Départementale de Prêt de la Gironde);

4. Ce que lisent les personnes détenues (présentation : Jean-Louis Fabiani, sociologue
EHESS);

5. Le lieu bibliothèque (présentation : Claude Poissenot, sociologue qui étudie les publics des bibliothèques).

L’écrivain Philippe Claudel a accepté de prendre en charge la préface générale.
La postface est écrite par Jean-Lucien Sanchez (Chargé d’études historiques à la Direction de l’Administration Pénitentiaire).

Deux graphistes diplômés de l’ECAL ont assuré le design de ce livre de 464 pages.
Il s’agit donc d’un travail ambitieux tant sur le plan scientifique (historique et sociologique), qu’esthétique et littéraire (le vertige des listes, l’écriture administrative si particulière de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle).

Il s’agit aussi d’un travail nouveau, ce type d’approche, en ce qui concerne les lectures de prison, n’existant pas encore : il constitue une somme qui peut servir de base à toute réflexion sur les bibliothèques de prison.

Le monte en l’air :

Librairie Galerie Le Monte-en-l’air

71, rue de Ménilmontant / 2, rue de la Mare

75020 Paris

Tél. : 01 40 33 04 54

Contact : lemontenlair@free.fr

Métro Ménilmontant

Bus 96

Les bibliothèques en établissements pénitentiaires en Finlande et en France, Les Boréales à Caen.

Retrouvez la vidéo intégrale de la rencontre qui a eu lieu dans le cadre de la journée d’étude Sisällä/Ulkona (dedans/dehors) Culture et justice en Finlande et en France.

CMJN de base

Cela s’est déroulé le 18 novembre au Conseil Régional de Normandie à Caen dans le cadre du 25e festival Les Boréales

 

 

 

Au programme d’une des tables rondes  :

La présence du livre et de la lecture en prison en Finlande et en France

  • Présentation de l’action de la Criminal Sanction Agency (RISE) dans l’emploi de bibliothécaires professionnels et l’accès à Internet en prison :

Avec Kati Sunimento, membre de la Criminal Sanction Agency de Finlande (RISE).

  • Les bibliothèques publiques, le rôle du ministère de l’Éducation et de la Culture et le rôle des collectivités :

Avec Leena Aaltonen, conseillère pour les affaires culturelles au ministère de l’éducation et de la culture de Finlande.
Pirkko Lindberg, directrice du service de lecture publique à la Ville de Tampere, en Finlande.

  • Présentation d’actions et de structures publiques et associatives en Finlande et en France :

Avec Sanna Hernelahti, directrice du service des publics à la bibliothèque de Turku et
Olwen Lesourd, ancien directeur de l’association Lire c’est vivre située à Fleury-Mérogis.

Les boréales 2017, c’est à découvrir ICI