Visite à la maison d’arrêt du Mans – par Maëlle Guillaud

Dans le cadre du prix (et de l’aventure) des 68 premières fois,   Maëlle Guillaud est venue à la rencontre des détenus de la maison d’arrêt du Mans le 23 novembre 2017, pour une discussion autour de son premier roman suivie d’un atelier d’écriture. Elle nous livre ici ses impressions sur une journée qui devrait rester longtemps imprimée dans sa mémoire. Attention, texte fort. 

« Surtout ne pleurez pas. C’est une émotion qu’ils ne comprennent pas. » Pleurer ? Mais pourquoi ? Dans quelques heures, je vais les rencontrer. Eux, dont j’imagine la vie à travers le prisme de préjugés ridicules. Eux, à qui je redoute de parler d’enfermement. Comment oser utiliser la métaphore de la cage en verre pour évoquer la vie de mon héroïne dans son couvent sans tomber dans l’indécence? Enfermement psychologique versus enfermement mental. L’idée me sert d’armure, me voilà parée. J’ignore en me dirigeant vers la gare, qu’ils ne m’en laisseront pas le temps…

Maëlle Guillaud est l’auteur de Lucie ou la vocationet d’ Une famille française aux Éditions Héloïse d’Ormesson.

(intégralité du texte Maelle Guillaud à la Masion d’arrêt du Mans et à retrouver ici aussi)

Retrouvez d’autres témoignages sur le site 68 premières fois

Publicités

Lire à l’ombre : histoire d’un club de lecture en détention

Le dernier projet du club de lecture du Centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville en date est parti d’une idée folle : candidater au jury du Livre Inter !

club1-1038x576

Le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville a ouvert ses portes en 2009. Il compte plus de 800 personnes détenues dont une trentaine de femmes. Depuis 2007, d’abord à la maison d’arrêt Charles III puis au centre pénitentiaire de Maxéville, les Bibliothèques de Nancy apportent leur soutien aux personnes détenues en mal de lecture. Une convention de partenariat les unit avec le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation), l’Administration Pénitentiaire et l’Association Dédale.

Mettre en place les quatre 4 bibliothèques du centre a été la priorité, mais très vite, il a fallu répondre à une soif de discussion autour des livres et créer une dynamique plus vaste en mettant en place un club de lecture, lieu de rencontres et rendez-vous d’hommes et de femmes qui se retrouvent régulièrement pour parler des livres qu’ils ont lus.

retrouvez l’intégralité de l’article sur le blog Epitome