Restitution sur l’expérimentation du projet Passage avec l’ARL PACA le 22/11/2019

Forte de l’expérience menée par l’Agence régionale du Livre Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2015 dans le milieu carcéral, la direction interrégionale de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) a souhaité poursuivre ce partenariat par le développement d’espaces de lecture au sein des structures d’hébergement de jeunes placés sous main de justice.

De juin 2018 à septembre 2019, l’ArL a conduit un projet expérimental, intitulé Passage, dans 6 lieux d’hébergement de la région (à Marseille, Martigues, Toulon et Nice), grâce à une méthodologie participative impliquant les jeunes concernés et leurs éducateurs, mais aussi les bibliothécaires, libraires et animateurs engagés dans la démarche. Les Compagnons Bâtisseurs ont également pris part à ce projet pour la partie construction et aménagement des lieux.

Passage repose sur la conviction partagée de l’importance de la lecture et de l’écrit dans les accompagnements éducatifs et d’insertion.

À l’occasion de la restitution officielle de l’étude/expérimentation du projet, une journée collective est organisée vendredi 22 novembre 2019 à Aix-en-Provence :

Salle Villette

Conservatoire Darius Millhaud 

13 100 Aix-en-Provence

Pour y assister, contactez Marina Pollas / 04 42 91 65 26, marina.pollas@livre-provencealpescotedazur.fr

PROGRAMME :

 vendredi 22 novembre 2019 à Aix-en-Provence de 10h à 16h

10h – Accueil café

10h15 – 12h30

Ouverture de la journée

par Franck Arnal, directeur interrégional PJJ, Marc Ceccaldi, Drac Paca (sous réserve) et Léonor de Nussac, directrice de l’ArL.

Restitution et diffusion de l’étude / expérimentation, 

Par Claire Castan et Marina Pollas de l’ArL Provence-Alpes-Côte d’Azur

Témoignages :

– Stéphanie Martinon, direction de Centre éducatif fermé Les Cèdres (Marseille)
– Nagui, jeune participant au projet CEF Les Cèdres (Marseille)
– Kamel Hachouda, éducateur à l’UEHDR de Toulon Roseraie
– Amélie Cottret, éducatrice à l’UEHC de Toulon Escaillon
– Nathalie Castan, association Les Compagnons Bâtisseurs Provence
– Fatiha Sadek, animatrice d’atelier à l’UEHC de Nice (Compagnie Conte sur Moi)
– Anne Bonneau, réseau des bibliothèques de Nice

Discussion autour du lancement de l’année 2 du projet Passage
(nouvelles candidatures, nouveaux établissement, suivi des anciens)

12h30 – 13h30 – Buffet partagé (sur place)

13h30 – 16h
L’adolescent en rupture ou la peur d’apprendre

Conférence de Serge Boimare, auteur, instituteur spécialisé, puis rééducateur et psychologue clinicien, directeur pédagogique du centre médico-psycho-pédagogique Claude Bernard à Paris, jusqu’en 2010, animateur de groupes de réflexion sur les pratiques pédagogiques.

Carte blanche avec le Musée national des arts asiatiques-Guimet

Le réseau des 18 médiathèques de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris organise chaque année la manifestation Carte blanche aux médiathèques.

L’édition 2019 se déroule sur le thème de l’Asie en partenariat avec le Musée national des arts asiatiques – Guimet.

Affiche Carte blanche-page-001Pendant tout le mois de novembre, plus de 50 rencontres culturelles permettront à la communauté hospitalière de découvrir l’Asie à l’hôpital et au musée Guimet  : ateliers au chevet,  parcours dans certains quartiers parisiens, découverte d’une œuvre, création d’un carnet de voyages, conférences, concerts… se dérouleront dans les chambres des patients, dans les médiathèques, au musée, dans les hall d’hôpital.

L’ensemble du programme est a télécharger ici.

L’inauguration de la Manifestation  se déroule à l’Hôpital-Bichat-Claude-Bernard le jeudi 14 novembre 2019 :

Invitation Carte blanche 2019 - V7AEP-page-001

Adresse :

HÔPITAL BICHAT – CLAUDE-BERNARD
46 rue Henri Huchard
75018 Paris
Médiathèque
Tour Bichat 1er étage
01 40 25 79 06
Métro
Ligne 13 : Porte de Saint-Ouen
Bus
Lignes 60, 81, 95, 117, 141
Tram
Ligne 3B

Recrutement coordonnateur d’activités au Spip de Meurthe et Moselle

Description du poste

Recruté par le DFSPIP avec le concours de la DISP (DPIPPR et DRH) et le chef d’établissement, le coordonnateur d’activités intervient au sein de l’établissement pénitentiaire pour faciliter la programmation, l’organisation et la mise en œuvre des activités visées à l’article R57-9-1 du CPP et leur évaluation. Le coordonnateur d’activité pilotera les activités éducatives, culturelles et socio-culturelles. Il n’aura qu’un rôle de coordination sur les autres activités.

DISP_Strasbourg2017

Sous la responsabilité du DFSPIP ou de son représentant et en lien avec les personnels du SPIP et de l’établissement, le coordonnateur d’activités travaille avec l’ensemble des partenaires de l’administration pénitentiaire intervenant à l’établissement (enseignants, formateurs, associations, personnels de santé…)

Son champ d’intervention est le suivant : 

  1. Programmation des activités : contribue à la programmation des activités …

L’offre à télécharger ici :

fiche de poste coordonnateur culturel Toul – Ecrouves

Washington : les prisonniers américains désormais privés de lecture

Article complet à retrouver sur ActuaLitté.com

C’est en toute discrétion que le Département de l’administration pénitentiaire de l’État de Washington (États-Unis) a adopté une nouvelle politique en mars 2019, visant à interdire le don de livres à des prisonniers via des organisations à but non lucratif. N’ayant pas été mise au courant, l’association Books to Prisoners, qui distribue des livres aux prisonniers depuis le début des années 1970, se dit « prêt à combattre » cette décision. Le Département assure pourtant avoir mis en ligne un communiqué sur leur site à ce propos.

Un sous-effectif dans les salles de courrier

L’une des raisons principales évoquées pour ce changement est le manque de personnel dans les salles de courrier. Avec un effectif restreint, il serait impossible de vérifier correctement le matériel envoyé aux prisonniers, qui pourrait cacher des produits de contrebande.

Par conséquent, cette nouvelle politique limite les livres acceptés par la Washington State Library (WSL), l’organisme gouvernemental chargé de distribuer des collections de livres dans les prisons et les hôpitaux psychiatriques américains.

Découvrez la suite ICI

Journée d’étude : Droits culturels et publics empêchés le 15 octobre 2018

La journée d’étude organisée par la commission Hôpitaux/Prisons consacrée au thème : Quel accès au livre et à la lecture pour les publics empêchés ? et à la question des droits culturels pour ces publics s’est déroulée le mardi 15 octobre 2018 à l’hôpital Robert Debré (Paris).

Cette journée a réuni 70 personnes parmi lesquels nous avons pu rencontrer entre autre des bibliothécaires des territoires (médiathèques municipales et départementales), des étudiants, des personnes des hôpitaux et des ARS, des agents des collectivités et des services de l’état en charge de la Culture, des chercheurs, des enseignants, des militants du monde associatif et des agences régionales du livre …

La diversité des personnes présentes a pu refléter la richesse des partenariats qui se nouent autour de l’accès au livre et à la lecture dans les prisons et les hôpitaux.

Les interventions durant cette journée ont pu éveiller la curiosité des personnes présentes sur le thème des droits culturels notamment. La présentation d’actions menées par les bibliothécaires et les agences régionales du livre ont pu apporter des éléments précis sur la mise en oeuvre de ces partenariats et leur intérêt pour les personnes détenues et les personnes hospitalisées.

Enfin nous avons pu découvrir des bibliothèques d’hôpitaux via le témoignage des directrices des médiathèques de La Rochelle et de la bibliothèque de l’hôpital Robert Debré.

Merci à toutes les intervenantes et à tous les intervenants pour la qualité de leurs témoignages. Merci également à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris pour l’accueil impeccable !

Retrouvez ci dessous les photos de cette journée. Un compte rendu de la journée sera diffusé dans les semaines qui viennent sur le BBF.

En complément, nous vous proposons de découvrir le travail réalisé par le Pôle Lecture publique et Actions culturelles (Direction de la Jeunesse, de l’Education, de la Culture,du Sport et de la Vie Associative) du Territoire de Belfort. Ce Schéma de développement de l’action culturelle de proximité et de lecture publique du Territoire de Belfort 2017-2021 a été notamment réalisé au regard des droits culturels et vous pouvez le télécharger en cliquant sur le lien suivant : https://www.territoiredebelfort.fr/sites/default/files/atoms/files/schema_lecture_publique-.pdf

Claude Poisenot

Claude Poissenot : Publics empêchés, publics éloignés, quelle définition ?

Jean Michel Lucas et Florence Bianchi

Jean-Michel Lucas et Florence Bianchi : La notion de droits culturels pour les publics empêchés

Maeva Dubosc et Delphine Henry

Delphine Henry et Maeva Dubosc : projets menés en prison à Chalons-en-Champagne par la bibliothèque de Chalons-en-Champagne et l’agence régionale du livre interbibly

Voyage dans les coulisses des rencontres en milieu carcéral — 68 PREMIERES FOIS

« Le volet prison, ça se passe comment ? Il y a quoi avant les merveilleux textes des auteurs ? Comment cela s’organise ? On aimerait en savoir plus… » Comment ne pas satisfaire de si jolies curiosités ? Voici donc un voyage dans les coulisses de ce volet plus discret mais non moins essentiel des 68 premières fois. 2016 […]

via Voyage dans les coulisses des rencontres en milieu carcéral — 68 PREMIERES FOIS

USA : Livres interdits en prison, les détenus devront payer pour lire

Article complet à retrouver sur : Actualitté

Des prisonniers privés de livres ? L’administration pénitentiaire de Pennsylvanie prévoit d’interdire l’envoi d’ouvrages, sous prétexte qu’ils alimentent le trafic de drogue. Et dans le même temps, le Pennsylvania’s Department of Corrections entend vendre son service d’ebooks. Ouch.

3523924053_33db67a60e_z

Le DOC est formel : les livres gratuitement envoyés aux prisonniers sont « une voie majeure pour la drogue » dans les prisons. Aussi, un système de contrôle sera mis en place, interdisant l’accès à des ouvrages papier, pour basculer vers un système entièrement numérique. Ce dernier est facturé 150 $ pour l’achat d’une tablette bas de gamme, et 3 $ chargés supplémentaires pour un ebook…

Article complet :  Actualitté