La bande dessinée lauréate du Prix Hors les murs 2017 est …

Le verdict des 94 lecteurs membres du jury Hors les murs est …

Mort aux vaches, une bande dessinée de Aurélien Ducoudray et de François Ravard aux éditions Futuropolis.

couverture mav

Présentation du prix :

Pour sa 6e édition, le Prix BD «Hors les murs» réunit en 2017 dix établissements pénitentiaires de Normandie :

Centre de détention de Val de Reuil
Maison d’arrêt de Rouen
Centre de détention du Havre
Maison d’arrêt d’Évreux
Maison d’arrêt de Caen
Centre pénitentiaire de Caen
Maison d’arrêt de Cherbourg
Maison d’arrêt de Coutances
Centre de détention d’Argentan

Centre pénitentiaire d’Alençon-Condé-sur-Sarthe

Le principe : Un jury, composé de personnes incarcérées en Normandie, décerne le prix du meilleur album parmi une sélection de 5 bandes dessinées.

L’objectif : susciter l’intérêt et le goût pour le livre et la lecture.

Les livres sélectionnés :

 

Ce qu’il faut de terre à l’homme, Martin Veyron, éditions Dargaud (2016)

ce qu'il faut de terre à l'hommeCe qu’il faut de terre à l’homme est le nouvel album de Martin Veyron : une fable au thème universel et intemporel : la cupidité des hommes.

Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n’est pas riche mais il subvient aux besoins de sa famille. Cependant, Pacôme se sent à l’étroit. « Si seulement j’avais plus de terres, soupire-t-il en regardant par-delà la clôture, je pourrais être tout à fait heureux. » Un appétit, tant pour les terres que pour ce qu’elles rapportent, qui va aller grandissant… D’après une nouvelle de Léon Tolstoï.

Shangri-la, Mathieu Bablet, éditions Ankama (2016)

shangri laCe qu’il reste de l’humanité vit à bord d’une station spatiale dirigée par une multinationale à laquelle est voué un véritable culte. Les hommes mettent en place un programme pour coloniser Shangri-la, la région la plus hospitalière de Titan, afin de réécrire la genèse à leur manière.

 

 

 

Tu sais ce qu’on raconte, Gilles Rochier et Daniel Casanave, éditions Warum (2017)

tu-sais-ce-quon-raconteQuand le môme Gaborit revient dans sa ville natale, quittée quelques années plus tôt suite à un drame routier, les langues se délient. Une histoire provinciale vue uniquement par l’intermédiaire du bouche à oreille. Chaque habitant donne son avis et, petit à petit, les langues se délient, les détails s’apprennent, les interprétations foisonnent et les esprit s’échauffent, jusqu’au dénouement final, tragique et magistral ! Une oeuvre d’un scénariste au sommet de sa maturité narrative, servie par le dessin fourmillant d’un dessinateur généreux. Les pages fourmillantes de Daniel Casanave transforment le lecteur en un voyeur des coulisses d’une petite ville de province, spectateur par procuration d’une histoire de village qui prendra une dimension tragique. Gilles Rochier montre ici un talent d’observateur des âmes, doublé d’une âme de dialoguiste dans la veine d’Audiard.

Mon père était boxeur, Kris, Barbara Pellerin et Vincent Bailly, éditions Futuropolis (2016)

mon pere était boxeurHubert était champion de boxe. Sa fille, Barbara, est aujourd’hui photographe et cinéaste. Un récit autobiographique poignant.
L’album est accompagné du DVD du film écrit et réalisé par Barbara Pellerin. Ce que le film ne dit pas, le livre le montre. Deux récits complémentaires qui révèlent le portrait unique d’une relation d’un père à sa fille.

 

 

 

et donc :

Mort aux vaches, François Ravard et Aurélien Ducoudray, éditions Futuropolis (2016)

1996, un quatuor de truands cambriole l’agence bancaire à Clermont l’Abbaye. Parvenant à échapper à la Police, les voyous se mettent au vert en attendant que les choses se tassent, en attendant d’être oubliés. Ils cavalent jusqu’à l’exploitation agricole de l’oncle de l’un d’eux. Mais c’était sans prévoir la crise de la vache folle… La contamination de l’épizootie est à son plus haut pic, et les gendarmes sont très nombreux à battre la campagne. Coincés dans leur planque, ils vont devoir se supporter les uns les autres. Pour le meilleur et pour le pire.

La majorité des auteurs seront présents au festival de la bande dessinée de Darnétal Normandiebulle

La sélection et les partenaires :

La pré-sélection a été effectuée par Fred Sendon, de la librairie Au grand nulle part (Rouen) et Jean-Marie Le Callonec, de la librairie La cour des miracles (Caen)

La sélection finale a été effectuée par les acteurs du projet : festival Normandiebulle, Centre Régional des Lettres à Caen, bibliothécaires œuvrant en milieu carcéral, représentants DRAC et SPIP et des enseignants.

Un trophée, également réalisé par des personnes détenues, sera remis au lauréat lors de la remise des prix, samedi 23 septembre 2017 à 16 H.

Cette action est organisée avec le soutien de la DRAC et des SPIP de Normandie.

Partenaires : Les Spip, les établissements et les coordonnateurs de l’action culturelle en milieu pénitentiaires, les librairies Au grand nulle part (Rouen), La cour des miracles (Caen), La curieuse (Argentan), Le salon du livre Epoque (Caen) et le festival du livre de jeunesse et de la bande dessinée de Cherbourg en Cotentin, les bibliothèques et les médiathèques publiques partenaires des établissements, les services de l’éducation nationale impliqués dans les établissements pénitentiaires.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s